mardi 22 octobre 2013

The Rolling Stones à Schaerbeek L’expo photos de Herman Selleslags

Herman Selleslags expose au 17 rue Vogler
C’est à une petite expo de photos bien sympa que je vous invite aujourd’hui. Elle nous ramène un peu moins de 50 ans en arrière, le 27 mars 1966 très exactement… Ce jour-là, c’est la première fois que les Rolling Stones, avec Brian Jones s’il vous plait, vont jouer devant le public bruxellois. Herman Selleslags, photographe pour Humo, va  les suivre tout au long de cette journée mémorable. Ses tirages noir & blanc, d’une très belle qualité, nous invitent à revivre cette journée un peu particulière.

A 11 heures, un hélicoptère atterrit à l’héliport, pratiquement en face du Garage Citroën. Les Rolling Stones sont à bord ! Ils vont descendre l’un après l’autre, protégés par des gardes du corps pour se diriger vers les voitures qui les attendent et vont les emmener au Palais des Sports de Schaerbeek. L’héliport ? Qui se souvient que dans les années ’60, on pouvait monter à bord d’un hélicoptère de la Sabena à l’Allée Verte, pratiquement en face du Garage Citroën pour rejoindre ou bien l’aéroport de Zaventem ou bien celui du Bourget à Paris ! Quand au Palais des Sports de Schaerbeek qui terminait l’avenue Louis Bertrand tel un point d’exclamation, il allait être livré quelques mois plus tard à la pioche des démolisseurs pour faire place à la Tour Brusilia.


A la place du Palais des Sports, la Tour Brusilia...
En 1966, les Rolling Stones sont pour la première fois 1er au hit parade. Leur hit (I can’t Get No) Satisfaction cartonne dans le monde entier. Decca, leur firme de disques, leur a organisé une tournée européenne. La veille, ils étaient à La Haye. Le surlendemain, c’est Paris et l’Olympia qui les attend. Bruxelles n’est pas en reste. Les ventes du single comme du 33 tours décollent, il faut que les Stones jouent devant leur public pour assurer la promotion. Mais aucune salle ne veut les accueillir, ils ont trop mauvaise réputation… Un arrangement est trouvé avec le vieux vélodrome de Schaerbeek. 

Des vitrines nous plongent au coeur des années '60

En première partie, quatre groupe belges vont se succéder sur la scène : Peter Welch & The Jets, The Jumpers, Little jimmy & The Sharks et chanteur français Ronnie Bird… Les critiques de l'époque sont unanimes. Il est impossible de chauffer la salle. On attendait plus de dix mille spectateurs, c’est à peine la moitié qui se présente avenue Louis Bertrand. L’acoustique est déplorable, entre la scène et les premiers rangs des policiers en uniforme veillent au bon ordre, et les spectateurs bruxellois, assis bien sagement sur des chaises pliantes se demandent ce qu’ils font là. Même les Stones n’arriveront pas à dégeler l’atmosphère. Mick Jaeger qui se déhanche comme il peut, les autres membres du groupe sont plutôt amorphes. Le concert va durer un tout petit peu plus d’une demie heure… Ca, c’est pour l’histoire.


(I can't get no) Satisfaction

Mais revenons à nos photos. C’est l’occasion de voir un Mick Jaeger déjà sûr de lui, posant façon glamour, dans un fauteuil au velours usé. De se rappeler le sourire angélique de Keith Richards bien avant qu’il ne sombre dans la dope. Et de revivre un Bruxelles à tout jamais disparu.

C’est expo à lieu à l’Atelier Vogler,  17 rue Vogler. C’est à deux pas de la piscine Neptunium. Ne manquez pas de jeter un coup d’œil sur la façade. Elle est ornée d’un des plus beaux sgraffites de Privat-Livemont. Même s’il est en très mauvais état, il mérite le coup d’œil.

Et pour finir en beauté, le commentaire certifié d'époque de la RTB...
http://www.sonuma.be/archive/les-rolling-stones-%C3%A0-bruxelles


Aucun commentaire:

Publier un commentaire